diapo172017
slidegpln08
La charge de députée,
je l'exerce avec la conscience
de représenter et de porter
la voix de l'ensemble
de nos concitoyens
slidegpln00
Au Gouvernement,
j'ai voulu porter haut les valeurs du 20e,
par exemple pour favoriser la scolarisation
des enfants handicapés
slidegpln02
Je veux me battre pour les valeurs de la Gauche,
celles d'une société ouverte et respectueuse
des identités de chacun
slidegpl03
Notre 20e est un bel arrondissement
et un exemple de mixité pour l'ensemble du pays

Edito

Le Gouvernement va-t-il sacrifier nos centres sociaux ?

Le 31 octobre dernier, déjà, j’interpellais la ministre des solidarités et de la santé à propos de la fin des contrats aidés. Je lui demandais quel serait le sort des publics les plus fragilisés, premiers concernés par cette mesure. À ce jour, cette question demeure sans réponse.

Pourtant, je le rappelle, cette réduction de plus de moitié du nombre de contrats aidés d’ici 2018 frappera de plein fouet les jeunes gens les moins qualifiés, les personnes les plus éloignées de l’emploi, les hommes et les femmes en situation de handicap… Elle est aussi dévastatrice pour nos collectivités territoriales, nos associations, sans oublier nos centres sociaux, dont l’existence dépend souvent de ces personnels.

Ces centres sociaux ont comme objectif de faire participer les habitants à l’amélioration de leurs conditions de vie, au développement de l’éducation et de l’expression culturelle, au renforcement des solidarités, ainsi qu’à la prévention et à la réduction des exclusions. Ce sont des lieux polyvalents, ouverts à tous les habitants, toutes générations confondues. Ils accueillent les jeunes enfants au sein de leurs garderies ou ludothèques, mais aussi les plus grands, à qui ils offrent un accompagnement à la scolarité, des activités sportives, éducatives et culturelles ou bien des animations pendant les vacances. Ils accordent une attention particulière aux adolescents et aux jeunes, citoyens de demain, pour leur apporter un encadrement qu’ils n’ont parfois pas à la maison. Ils s’adressent aussi aux adultes et aux personnes âgées, avec des cours d’apprentissage du français, des groupes de parole, des actions d’accès au droit ou des formations. Le champ d’action de chaque centre dépend des caractéristiques du territoire dans lequel il est enraciné, mais surtout des aspirations et des initiatives des habitants, véritables parties prenantes des enjeux locaux. Une chose est sûre : les portes des centres sociaux sont ouvertes à tous.

Or, la décision du Gouvernement de réduire l’enveloppe des contrats aidés met gravement en péril leurs actions. À titre d’exemple, les centres sociaux du 20ème arrondissement de Paris (Étincelles, Soleil-Blaise, Relai Ménilmontant et Archipélia) s’appuient largement sur leurs salariés en contrat aidé pour fonctionner : ils comptent en moyenne trois contrats aidés chacun, ce qui représente un tiers des salariés (sur 46 salariés, 15 sont en contrat aidé). Il leur est indispensable, pour instaurer une relation de confiance avec les publics qu’ils reçoivent, de pouvoir compter sur une équipe stable, qui œuvre de concert avec les bénévoles. Les départs occasionnés par la fin des contrats aidés vont inéluctablement impacter cette qualité d’accueil. En tant que Députée du 20ème arrondissement de Paris, j’évoque les centres sociaux de ma circonscription, qui effectuent un travail extraordinaire pour le vivre ensemble et la solidarité de proximité de nos quartiers populaires. Mais je suis certaine que l’ensemble des 2107 centres sociaux de France éprouve la même inquiétude de voir partir une partie de leur personnel du jour au lendemain.

Parce qu’ils sont des acteurs incontournables pour la cohésion de nos territoires, notamment au sein des quartiers appartenant à la politique de la ville mais aussi dans les ruralités, je tire à nouveau la sonnette d’alarme et souhaite qu’elle soit enfin entendue. À ce titre, j’ai interrogé la ministre des solidarités et de la santé sur le danger que courent nos centres sociaux.

Que restera-t-il de ces structures après le passage de ce Gouvernement, qui détruit la cohésion sociale et les solidarités de proximité ?

George Pau-Langevin

L’actualité

Réponse aux Propositions pour une France solidaire

7 juillet 2017|Actualité, Communiqués|

J’ai eu l’occasion d’échanger avec les représentants des organisations qui ont fait 15 propositions pour une [...]

Adieu Roland

6 juillet 2017|Actualité, Communiqués|

Ce matin j’ai accompagné en terre au cimetière Montparnasse, mon ami et ancien associé, l’avocat Roland [...]

George sauve l’honneur – Télé Bocal

21 juin 2017|Actualité, Vidéos|

Article de Marianne : Une femme à la présidence de l’Assemblée : cette fois, Macron n’a pas d’excuse

20 juin 2017|A l'Assemblée, Actualité, Presse / Médias|

L'article complet ici : https://www.marianne.net/politique/legislatives-une-femme-la-presidence-assemblee-nationale-cette-fois-macron-pas-excuse

Dans le Parisien.fr

20 juin 2017|Actualité, Presse / Médias|

L'article complet ici : http://www.leparisien.fr/elections/legislatives/legislatives-a-paris-pau-langevin-sauve-l-honneur-du-ps-19-06-2017-7065189.php

Un week end dédié au souvenir

3 mai 2017|Actualité, Evénements, Ministre|

Dimanche 30 avril était commémoré le souvenir de la Déportation. Nous avons honoré la mémoire de [...]

Pour me contacter

PERMANENCE

SANS RENDEZ-VOUS (*) :

  • Les Mardis de 14h00 à 16h00
  • Les Mercredis de 10h00 à 13h00

Au 8, rue de la cour des noues 75020 Paris

Merci de bien vouloir vous présenter à la permanence au moins 15 min avant la fermeture

(*) : Pour toute personnes souhaitant obtenir un soutien dans une démarche personnelle, problème de logement, situation administrative etc..

Madame PAU-LANGEVIN reçoit SUR RENDEZ-VOUS (**) :

  • Les Jeudis après-midi

(**) : Pour obtenir un rendez-vous, nous vous invitons à formuler votre demande motivée impérativement soit :

  • par mail (georgepaulangevin@gmail.com)
  • par courrier (8, rue de la cour des noues 75020 Paris)
  • Ne pas oublier d’y transmettre vos coordonnées

Mon équipe

Jean Frédéric BOURDEAU
Jean Frédéric BOURDEAUAttaché parlementaire
Margaux WAGNER
Margaux WAGNERAttachée parlementaire